Les principes de base du time code

Il faut savoir que le code temporel n’est pas un concept nouveau : il a été développé au début des années 60 aux Etats-Unis pour fournir un métrique de référence dans l’édition d’une vidéo ou d’un son. Lorsque vous éditez ou enregistrez une vidéo, vous risquez de rencontrer plusieurs types de time code : le code temporel DV et le code temporel SMPTE. Le premier est souvent utilisé dans les formats numériques, stocké sur la piste de la vidéo et transféré ensuite via la connectique Firewire. En revanche, le SMPTE est le format de time code standard qui s’utilise majoritairement sur tous les supports analogiques. Dans ce cas, le code temporel est enregistré parallèlement à l’image ou au son, à l’aide d’une piste dédiée.

Le code temporel est donc une partie essentielle du montage vidéo. Il attribue une référence temporelle unique à chaque image (frame) de la vidéo. C’est le time code qui vous permet de sélectionner une image spécifique de la vidéo et de réaliser toutes les modifications sur les images, sans risque de désynchroniser le montage.

Les générateurs de time code

Sur certains matériels ou configurations complexes, la synchronisation de l’image et du son peut nécessiter l’utilisation d’appareils spécifiques afin d’assurer la référence temporelle. C’est là qu’interviennent les outils de time code. Ces appareils générateurs de code temporel offrent un moyen simple et fiable de synchroniser plusieurs sources de son et d’images, vous permettant de gagner du temps lors d’un tournage à multiples caméras et capteurs de son, ainsi que lors de l’édition des matériaux. Un appareil générateur de time code permet donc de synchroniser tous les appareils (caméscopes, enregistreurs audio) sur une même référence temporelle, sans pour autant modifier la manière dont les périphériques sources enregistrent leur support.

Pourquoi utiliser un générateur de time code ?

Il est rare qu’une caméra utilise son propre générateur de time code car la plupart de ces outils ne sont pas fiables. Certains appareils étendront même leur générateur de code temporel quelques minutes après leur extinction, ce qui interrompra le code temporel lors du tournage. Pour remédier à cela, la solution consiste à utiliser un boîtier de time code qui, une fois connecté à la caméra, fournira une référence temporelle continue. Le générateur de code temporel continuera alors de fonctionner même si le caméscope s’éteint à un moment du tournage.