La directivité est un paramètre déterminant pour tout microphone, car elle définit la sensibilité du capteur suivant la localisation de la source sonore. En fonction de vos objectifs et de la configuration de votre projet, il est donc indispensable de choisir la bonne directivité car tous les microphones n’interceptent pas la source sonore de la même manière. Caractéristique du micro à ruban, le micro bidirectionnel est couramment utilisé en combinaison avec des capteurs à directivité omni ou cardioïde afin de capter des instruments complexes tels que la batterie.

Micro bidirectionnel : comment ça marche ?

Un micro bidirectionnel (ou un micro à directivité en 8) est un microphone dont le capteur est sensible aux sources sonores situées à l’avant et à l’arrière de la membrane. Avec un angle de sensibilité de 90°, il ne capte pas les sons situés sur les côtés. Une caractéristique commune à tous les micros bidirectionnels est que leurs lobes avant et arrière ont une polarité opposée. Ainsi, lorsque la pression atmosphérique s’amplifie à l’avant de la membrane, la tension augmente à l’avant mais diminue à l’arrière. En d’autres termes, le micro bidirectionnel mesure la différence de pression entre les côtés avant et arrière de la membrane pour reproduire un signal sonore.

Micro bidirectionnel : les qualités et les limites

La directivité bipolaire d’un micro bidirectionnelle lui permet d’être utilisé pour capter à la fois deux chanteurs ou encore d’être placé entre deux toms de batterie. La bipolarité du micro bidirectionnel lui permet donc d’intervenir dans les applications où la source est située à l’avant et à l’arrière du capteur, mais pas sur les côtés. Un exemple d’utilisation courant est la conférence ou la présence où le professeur expose ses idées tout en répondant aux questions de son public. Le micro doit donc capter tant le discours du présentateur que les questions posées dans l’auditoire. Par ailleurs, si le microphone bidirectionnel est conçu pour capter la source sonore de manière équilibrée à l’avant et à l’arrière du capteur, rien ne l’empêche d’être utilisé lors d’interviews ou lors de l’enregistrement d’un podcast. Vous ne trouverez probablement pas ce type de micro sur un plateau de tournage TV, mais beaucoup de preneurs de son l’utilisent comme micro d’appoint lors de talk-shows.

Il est utile de mentionner que les microphones à ruban ou à large membrane, principaux capteurs à directivité bidirectionnelle, sont plus chers que les micros dynamiques et les micros à condensateur. Le prix d’un micro bidirectionnel haut de gamme peut facilement monter jusqu’à 700 euros.

Micro bidirectionnel : les principales marques

Contrairement aux micros à directivité cardioïde, les micros bidirectionnels ne sont pas vraiment répandus chez les producteurs du son et les preneurs de son. Au fait, quelques fabricants proposent des micros à ruban à directivité bidirectionnelle, dont le prix d’achat est largement supérieur à celui des micros dynamiques ou des simples micros à condensateur. Comptez par exemple 90 euros pour l’achat d’un micro Blue Yeti, 140 euros pour un Studio Projects B3 et jusqu’à 650 euros pour l’achat d’un Rode K2.