Au même titre que les instruments de musique, le microphone est le premier élément de votre chaîne sonore. Que vous vouliez enregistrer la performance d’un groupe musical, ou tout simplement enregistrer un discours ou une conférence, un bon microphone est toujours indispensable pour réaliser votre projet. Dans les milieux professionnels du son, de nombreux ingénieurs se méfient du fameux micro omnidirectionnel lorsqu’ils veulent capter plusieurs sources sonores ou musicales. Souvent décrié pour sa complexité, ce type de micro peut cependant offrir une meilleure performance dans certaines situations, grâce à ses propriétés sonores uniques, à son faible bruit de souffle et à sa facilité d’utilisation.

Comment fonctionne un micro omni ?

Comme son nom l’indique, un micro omnidirectionnel capte tous les sons qui l’entourent, ne privilégiant donc aucune direction. Idéal pour les prises de sons d’ambiance ou dans la nature, il n’est généralement pas recommandé pour une utilisation en concert ou en conférence. En effet, le fait de capter l’environnement, les hauts parleurs ainsi que l’ambiance pourraient favoriser une reproduction en boucle du son qui débouchera systématiquement sur un effet de Larsen.

Micro omni : quels avantages ?

Bien qu’il possède de nombreuses propriétés uniques, le micro omni est désormais relégué au second rang, talonnant donc le micro unidirectionnel. En effet, les professionnels du son sont à la recherche d’un système de sonorisation plus puissant ainsi qu’un système de contrôle encore plus performant. Certes, un micro omnidirectionnel fournira moins de gain qu’un micro unidirectionnel de même qualité, si les deux appareils sont situés à la même distance. Cependant, plus d’un ingénieur du son préfèrent utiliser un micro omnidirectionnel dans certaines situations de par ses avantages multiples :

  • Peu de bruit de souffle. Les poches acoustiques présentes sur un micro unidirectionnel offrent une ouverture permettant au vent de circuler et d’interférer avec le capteur. De son côté, un micro omni n’est pas pourvu de ces poches, ce qui réduit largement le bruit du vent.
  • La reproduction des sons plosifs réduite au minimum. Toujours sur les micros directionnels, les poches acoustiques sont à l’origine de la reproduction excessive des sons « P », « T » et « B », caractéristiques d’un micro mal positionné. Bien qu’un micro omnidirectionnel ne soit pas à l’abri de ce phénomène, il se révèle plus résistant qu’un micro directionnel.
  • Pas d’effet de proximité. En règle générale, un micro omni n’est pas soumis au phénomène de proximité qui caractérise les appareils unidirectionnels. Il ne surproduit donc pas les fréquences basses lorsque la source sonore est située à proximité du capteur.

Les principales marques de micros omnidirectionnels

La majorité des fabricants de micros et appareils de sonorisation offrent dans leur catalogue une sélection de micros omnidirectionnels. Parmi les marques les plus réputées sur ce créneau, citons Shure, Neumann/Sennheiser, Rode et Audio-Technica. Notons que ce sont les micros cravates qui constituent la plus grande part de marché des micros omnidirectionnels, suivis par les micros d’ambiance et de batterie (overheads et room, notamment) ainsi que les micros de violon.